Lueurs

Lampadaires allumés devant une façade d'immeuble alors que la nuit tombe
Dernières lueurs du jour et premières lumières de nuit.
Les lampadaires éclairent timidement la façade de cette maison blésoise.
Un volet encore légèrement entrouvert témoigne du lent basculement de la journée vers la soirée.

Calme et sérénité dans la ville.
Sensation d’apaisement.
Repos mérité pour toutes et tous.

Mais tiens, cette image m’évoque une peinture de Magritte de sa série « L’Empire des lumières » (voir la peinture).

Je me dépêche de terminer ce billet avant que moi aussi je ne bascule dans un monde cotonneux et obscur. Mes paupières sont lourdes et mes yeux ne perçoivent bientôt plus que les lueurs des lampadaires, comme le dernier signe d’une veilleuse.

Comme dans un rêve

Silhouette se déplaçant dans la forêtJe marche dans une forêt.
Me dirigeant vers une destination inconnue.
Enveloppée de flou. Cocon protecteur ou… étouffant.
Quelle atmosphère étrange.
Même les branches d’arbres ont un aspect particulier.
Et les couleurs sont irréelles.
J’ai fait une photo, j’ai fait un rêve.
Un rêve sorti de nulle part. J’ai fait un rêve éveillé.

Voici donc une image onirique… ou cauchemardesque, selon le vécu de celui qui plongera son regard dans cet univers extraordinaire.

Splash

Explosion d'un ballon rempli d'eau« Splash ! »
Quand un ballon de baudruche explose, sous l’effet d’une fléchette bien plaçée, ça donne un portrait dynamique à la barbe liquide et à la houpette orange.

Un splash sous l’éclair d’un flash.
Le flash fige le mouvement imperceptible à l’oeil nu.
Même pas le temps de dire « ouf ».
L’eau tombe en paquet.
Re-splash, moins sonore que le premier.

Reste une image, d’un personnage à la moue dubitative. La vie est courte entre deux splash.

Sens dessus dessous

Sens dessus dessous, une maison à l'endroit se superpose à une maison à l'enversUne maison sens dessus dessous.
Pour un propriétaire tête en l’air.

Et si vous croyez voir de l’eau… il n’y en a pas !
Rien que du ciel : du ciel en haut, et du ciel en bas.
Ceci n’est pas un reflet.

Et pour les curieux : bien sûr, il y a un truc.
Mais pas de bidouillage sur Photoshop.
Tout a été fait à la prise de vue : une photo à l’endroit, puis superposition d’une photo prise à l’envers.
De quoi faire tourner la tête de la photographe ?
Non, je vous rassure : je n’ai pas fait le poirier pour faire la deuxième image, seul le boîtier a fait un 180°. Mais mine de rien, tenir l’appareil photo à l’envers fait tout de même un effet un peu bizarre.
Eh oui, tout est vraiment sens dessus dessous.

Dos à dos

Dos à dos sur la plage, chacun concentré sur sa tablette numérique« C’était bien les vacances cet été ?  »
« Oui, on a profité de la plage, jusqu’à la tombée du jour  » …  !

A défaut de plonger dans l’eau, chacun est plongé dans son monde.
Dos à dos.
La mer n’existe plus, surfer sur le net plutôt que sur les vagues.
Plonger la tête la première dans l’océan numérique.

Concentration maximale sur l’écran lumineux.
Des grains de sable entre les doigts de pieds, et des pixels lumineux dans les yeux.
Les teints hâlés deviennent blafards.

« C’était bien les vacances cet été ?  »
« Oui, mais depuis mon retour, ma tablette ne fonctionne plus… Peut-être à cause des grains de sable… »

Douce lumière

Murs blancs dans la Villa Lagomar à Nazaret, Lanzarote.Douce lumière sur les murs blancs de la Villa Lagomar à Nazaret (Lanzarote).
Agréable balade dans cette étrange maison qui mérite le détour. Conçue par l’artiste César Manrique, une atmosphère très calme règne à l’intérieur.
Incroyable villa : les pièces ont été construites dans des cavités naturelles, épousant la roche volcanique, tout en apportant une touche originale que l’on ne peut voir nulle part ailleurs.

Les pièces se succèdent et ne se ressemblent pas. On passe de coins en recoins, et chaque fois la vue est surprenante. Ici, un couloir accueillant, clair et lumineux, tout en arrondi.

On s’attend à chaque instant à croiser Omar Sharif qui a vécu quelques temps dans cette maison, lors du tournage de l’Ile mystérieuse. Une légende (?) dit aussi qu’il aurait même acheté cette maison puis l’aurait perdu au bridge peu de temps après.

Légende ou pas ?

Je déambule le long des murs blancs à la recherche du meilleur point de vue, à défaut de connaître la vérité.

Blanc

Portrait d'un cheval blancConcentration maximale pour ce cheval blanc.
Crinière verticale : cascade de poils blancs.
Ciel uniformément blanc.
Cheval blanc sur fond blanc.
Photo en noir et blanc.
Et ci-dessous, une phrase écrite en blanc, sur blanc.

Arrivez-vous à voir cette phrase ?

Ne vous forcez pas trop, n’abîmez pas vos yeux…

Ce petit texte est le simple reflet de mon inspiration du moment : un grand blanc.

Graffiti

Graffiti sur un vieux mur sous un ciel bleu et quelques nuages blancsUn vieux mur s’est paré de couleurs, un graffeur est passé par là.
Et au-dessus, dans le ciel bleu d’été, le vent donnent du mouvement aux nuages blancs.

Graffiti terrestre, graffiti céleste.

En-dessous, une vague verte répond en écho.
Tous les éléments sont en place. Concordance.
Création humaine et création naturelle se superposent.
C’est le bon moment pour appuyer sur le déclencheur de l’appareil photo.
Avant qu’un élément perturbateur ne vienne briser l’harmonie.
Ou avant que les graffiti de vapeur ne se transforment, ne se déplacent ou disparaissent.

La vie au camping

La nuit tombe sur le camping, une caravane est éclairée.La nuit tombe sur le camping.
Les lumières artificielles donnent de nouvelles couleurs aux caravanes.
Celle-ci a attiré mon attention. On se croirait presque dans un film fantastique.
Le contraste entre le bleu nuit et le rouge donnent à cette scène une couleur bien étrange.
Comme quoi, même dans un camping, ça vaut le coup de se balader avec l’appareil photo.
Et la nuit, une « rencontre du 3e type » semble possible !
Quelle lueur incroyable, j’aurais presque toqué à la porte de la caravane pour aller à la rencontre de ses « habitants », sans doute moins étranges que ne le laisse supposer leur cocon de tôle. A moins que…

Le dilemme

Soleil dans le parc du Château de Fougères-sur-Bièvre
En cette fin d’après-midi, j’hésite entre vivre dans une cage dorée… par les rayons du soleil qui effleurent les barreaux, ou mener la vie de château à quelques pas de là…

Vais-je franchir la porte ?

Photo prise dans le parc du château de Fougères-sur-Bièvre, dans le Loir-et-Cher, non loin de Blois et de Cheverny.