Archives de catégorie : Voyage

Dos à dos

Dos à dos sur la plage, chacun concentré sur sa tablette numérique« C’était bien les vacances cet été ?  »
« Oui, on a profité de la plage, jusqu’à la tombée du jour  » …  !

A défaut de plonger dans l’eau, chacun est plongé dans son monde.
Dos à dos.
La mer n’existe plus, surfer sur le net plutôt que sur les vagues.
Plonger la tête la première dans l’océan numérique.

Concentration maximale sur l’écran lumineux.
Des grains de sable entre les doigts de pieds, et des pixels lumineux dans les yeux.
Les teints hâlés deviennent blafards.

« C’était bien les vacances cet été ?  »
« Oui, mais depuis mon retour, ma tablette ne fonctionne plus… Peut-être à cause des grains de sable… »

Filer vers l’horizon

Route vers Famara sur l'île de Lanzarote dans les Iles CanariesFin d’après-midi sur Lanzarote.

Suivre le ruban de macadam et avoir un sentiment de liberté.
Rouler sans se presser et filer vers l’horizon.
Se croire dans un road-movie.

Voir la mer au loin et se dire qu’on est presque arrivés.
Mais ne pas avoir envie d’arriver trop vite.
Préférer rouler. Encore. Ne pas s’arrêter.
Juste rouler.

Et profiter de l’instant.
Sereins.
Dans cette ambiance tranquille de fin d’après-midi.

Se fondre dans les lueurs orangées du soleil couchant.
Croiser une autre voiture et se demander à quoi pense le chauffeur.
Et puis non, ne pas y prêter attention.

Croire que l’on est seuls au monde.
Juste toi et moi.
Et cette lumière.

Gros coup de vent sur la Punta de Teno

Fort vent et grosses vagues sur la Punta de Teno et son phare à Ténérife.

Punta de Teno et son phare, à Ténérife.

Vent fort, très fort. Il faut bien tenir l’appareil photo, les bourrasques sont vraiment puissantes.

Les vagues se succèdent et ne se ressemblent pas.
Grondement sourd, gerbe d’écume, rochers ruisselants, je ne me lasse pas du spectacle.
Et dans ma tête, je me dis « Waouh, cette vague était magnifique. Et la prochaine qui arrive ? Sera-t-elle encore plus grosse ? »
Eh bien non, pas la suivante…
« Peut-être celle qui arrive maintenant, alors ? »
« Ah oui, superbe ! »

Les embruns voltigent.
Pendant une fraction de seconde, chaque vague dessine dans l’espace de multiples motifs : arabesques, pointillés…

Et les photos se succèdent aussi, et… ne se ressemblent pas non plus.
Difficile sera le tri. Compliqué sera le choix.
J’ai la vague impression que je vais y passer du temps…

Neige sur le volcan El Teide

Le volcan El Teide enneigé avec les rochers Roques de Garcia devantTénérife : journée ensoleillée mais très fraîche à plus de 2100m d’altitude dans le parc national de Las Cañadas. Le sommet du volcan, le Pico del Teide, culminant à 3718 m d’altitude est recouvert de neige et malheureusement inaccessible aux randonneurs (nous sommes fin février). Même le téléphérique, qui entre nous, défigure le sommet, ne fonctionne pas à cause de fortes rafales de vent.

En avant-plan, les Roques de García, un beau massif rocheux, aux formes multiples. Une petite balade de 2 heures permet d’en faire le tour.

Et entre le sommet (aussi appelé « Pain de sucre ») et les Roques, une belle écharpe nuageuse.

Dans la caldeira, formée il y a environ 300 000 ans, le paysage est incroyable et offre une palette de couleurs étonnantes : champ de lave avec des nuances allant du noir au brun clair, sable et rochers aux couleurs verdâtres, jaunâtres, rougeâtres.

Une ambiance volcanique de toute beauté et vraiment dépaysante.

Derrière les façades

Détail sur les gratte-ciels de ShanghaiY a-t-il quelqu’un derrière ces façades de verre et de béton ?
Les gratte-ciels font bloc. Ils ne laissent entrevoir aucune trace de vie…

Verticalité absolue.

Impression vertigineuse.

Et pourtant, combien de centaines ou de milliers de personnes vivent derrière ces murs ?
Une fenêtre, un bureau, une fenêtre, un appartement.
Des fenêtres et encore des fenêtres.
Et derrière, de la vie, de la vie, plein de vies.

Apparence trompeuse de vide et de calme.
De multiples histoires se nouent à l’intérieur de ces géants imperturbables.

Des rires et des pleurs, des sourires et des grimaces, des bonheurs et des désespoirs.

A nous d’imaginer ce qui se trame derrière ces façades.

Photo prise en Chine, à Shanghai, elle fait partie de la série « Lignes urbaines »

La bouée

Brumes matinales à Mandal en NorvègeBrumes matinales à Mandal, dans le sud de la Norvège.
Atmosphère calme et paisible.
Une maison rouge, blottie contre les arbres, apparaît discrètement dans les premières lueurs du soleil levant.
A l’opposé, une belle petite bouée rouge, seule, flotte tranquillement sans être perturbée par les minuscules vaguelettes.
On dirait une cerise.
Ce n’est pas la cerise sur le gâteau… c’est la cerise sur l’eau.

Vertes rizières

La brume qui enveloppait le paysage se dissipe petit à petit. Les maisons du village de Ping’An, blotties les unes contre les autres, semble encore fumer légèrement.

C’est en Chine, par un temps humide, que je découvre ce beau paysage avec ces rizières en terrasse.

Quiétude des lieux.

Fin juillet, le riz pousse et les terrasses offrent de nombreuses nuances de vert.
On dirait des escaliers en velours vert.

Et on aurait envie de gravir ces marches à pas de géant.