Archives de catégorie : Nature

Gros coup de vent sur la Punta de Teno

Fort vent et grosses vagues sur la Punta de Teno et son phare à Ténérife.

Punta de Teno et son phare, à Ténérife.

Vent fort, très fort. Il faut bien tenir l’appareil photo, les bourrasques sont vraiment puissantes.

Les vagues se succèdent et ne se ressemblent pas.
Grondement sourd, gerbe d’écume, rochers ruisselants, je ne me lasse pas du spectacle.
Et dans ma tête, je me dis « Waouh, cette vague était magnifique. Et la prochaine qui arrive ? Sera-t-elle encore plus grosse ? »
Eh bien non, pas la suivante…
« Peut-être celle qui arrive maintenant, alors ? »
« Ah oui, superbe ! »

Les embruns voltigent.
Pendant une fraction de seconde, chaque vague dessine dans l’espace de multiples motifs : arabesques, pointillés…

Et les photos se succèdent aussi, et… ne se ressemblent pas non plus.
Difficile sera le tri. Compliqué sera le choix.
J’ai la vague impression que je vais y passer du temps…

Toucher les nuages

Des nuages enveloppent les sommets des montagnes alpines au coucher du soleilFin de journée dans les Alpes, dans la région de Grenoble.
Au retour d’une petite balade entre Chamrousse et le lac Achard, les nuages m’ont offert un beau spectacle, une magnifique mer de nuages.

Voici donc un paysage qui invite à la rêverie.

A chaque fois que je vois de tels nuages (ce qui est tout de même assez rare), j’ai l’impression que si je pouvais les toucher, j’aurais la sensation de sentir du coton sous les doigts. Ou alors, si je pouvais marcher dessus, j’aurais l’impression de poser mes pieds sur des coussins bien moelleux.

A moins que ce ne soit plutôt comme de la barbe à papa, qui collerait un peu aux doigts ? Et dans ce cas-là, quelle saveur aurait-elle ?

Je vous laisse imaginer les sensations :
toucher,
sentir,
manger les nuages…

Mais le jour décline. Bientôt il va falloir redescendre dans la vallée.
Vivement la prochaine séance de « tête dans les nuages ».

Un matin

Lueurs matinales sur un chemin du Sundgau en AlsaceLe soleil se lève et inonde le chemin d’une belle lumière dorée.
C’est une matinée fraîche et brumeuse de début octobre, réchauffée par les rayons orangés.
Les chants d’oiseaux ne sont plus qu’un souvenir.
On dirait le premier matin du monde.

Chute

Cascade du Rouget dans la Vallée du Giffre
Au pied de la Cascade du Rouget dans la vallée du Giffre en Haute-Savoie (et tout près du cirque de Sixt-Fer-à-Cheval).
Avec une pose longue, la cascade « se fluidifie », et les nuages filent…
Une photo en noir et blanc, que j’ai volontairement contrastée, avec des noirs profonds, pour une impression de début du monde.

Et pourtant, il y avait du monde pour admirer cette cascade, et un parking juste à côté…
Mais la magie de la photographie c’est son pouvoir d’évocation. Et en fonction du cadrage, des réglages de l’appareil photo, du choix du traitement de l’image, un photographe a la possibilité de donner une autre dimension au sujet photographié. Quel pouvoir !

Alors voilà, ici, je vous propose une interprétation, mais il pourrait y en avoir tant d’autres…

Pour ceux que la technique intéresse : objectif de 24 mm, ISO 100, pose de 6 secondes, f8, avec un filtre gris neutre ND1000. Appareil fixé sur trépied, bien évidemment.

Et je n’ai pas prévu de chute à ce texte, mais pas grave… elle est dans l’image…

Imperméable

Macrophotographie de gouttes d'eau sur une plume
Une plume ramassée lors d’une promenade.
Quelques gouttes d’eau que je laisse tomber sur celle-ci.
Je m’empare de mon objectif macro pour faire une vue rapprochée et pour obtenir une image graphique.

Sur la plume imperméable, les gouttes s’arrondissent, sauf une qui semble vouloir faire l’originale en tentant de former un quadrilatère bombé (géométrie sans doute non-orthodoxe).

Les autres font le dos rond…

Elles s’accordent tout de même toutes pour se revêtir de rayures.

Voici donc un petit texte teinté d’anthropomorphisme, comme d’autres déjà présents sur ce blog.

Un épi, deux épis, trois épis

Début d'été dans les champsDébut d’été à la campagne.
Dans les champs, réunion de famille entre les graminées.
Les épis de blé profitent encore des derniers rayons de soleil alors que des cousines aux teintes violettes viennent les chatouiller.

Mais les jeunes pousses ne se laissent pas embêter :  » Epi quoi encore ? « 

Douceur champêtre

Soleil couchant sur les champs

Incroyable lumière de début d’été.
Dans les lueurs orangées du soleil couchant, les vaches profitent du beau temps et s’empiffrent de brins d’herbe.

« … rien de vient m’interrompre :
Je mange tout à loisir. »,
ajoute le rat des champs. (Fables de La Fontaine)

Les Vosges au loin sont très légèrement nappées de brume, mais bien visibles depuis ce coin du Sundgau.

Les champs de blé jaunissent tout doucement.

Une belle atmosphère paisible que j’ai tentée de retranscrire dans cette image.

Quelques marches avant la plage


Beau temps et air marin en Bretagne. Un petit tour sur la plage de Saint-Coulomb, entre Saint-Malo et Cancale, en Ile-et-Vilaine.

L’eau se retire doucement, et bientôt, à marée basse, l’île sera accessible sans se mouiller les pieds.
Bel îlot rocheux sur lequel repose le fort du Guesclin. D’abord château fort au Moyen-Age, propriété privée aujourd’hui…
Léo Ferré avait acheté l’île en 1959 et y séjourna à plusieurs reprises pendant dix ans.
C’est ici qu’il composa sa chanson « La Mémoire et la Mer ».

Allez, on descend les quelques marches en sifflotant.


Cette photo fait partie de la série « La Bretagne Deux par Deux »

Les arbres fantômes

Troncs d'arbres en surimpressionBalade en forêt.
Vision de troncs sous un ciel bleu pâle.

Ces arbres souffriraient-ils de dédoublement de personnalité ?
Des arbres fantômes feraient-ils une apparition parmi les vivants ?

La photographe se serait-elle amusée avec son appareil photo pour créer une image particulière ?

Si vous voulez garder la magie de l’image, ne lisez pas la suite. Mais si au contraire vous voulez découvrir le « truc », vous pouvez lire la suite.

Effectivement, pour essayer de faire une photo un peu différente, je me suis amusée au moment de la prise de vue, en utilisant la possibilité offerte par mon boîtier de superposer plusieurs images (option exposition multiple).

Il n’y a pas de retouche a posteriori.
Une image fixe additionnée à une image « bougée », et le tour est joué.

Voici donc une image du peuple des arbres et de leur double.

L’intruse

Nouvelle saison pour les fleurs dans les forêts du Sundgau en Alsace
C’est le printemps, les anémones des bois s’en donnent à coeur joie dans les forêts sundgauviennes. Leur blancheur contraste avec la pénombre du sous-bois.

Tiens, une fleur jaune au milieu des blanches anémones !

Méchamment encerclée
ou
gentiment entourée.

Je penche pour la deuxième hypothèse.
Vues de haut, elles forment toutes ensemble un beau tableau printanier.