Archives de catégorie : Nature

Et tourne, manège

Un homme au chapeau, assis sur un banc, vu de dos, attend son enfant qui fait un tour de manègeCe papa attend tranquillement que son fils termine son tour de manège.
Ah, ces manèges, quelle joie pour les enfants. Faire un tour de moto, rouler en voiture, s’envoler avec un petit avion ou galoper sur un cheval souriant, c’est le vrai bonheur.
Ce manège, c’est un petit monde miniature, et qui tourne, tourne.
Devenir tour à tour chauffeur de bus ou pilote de soucoupe volante, tout est possible. Vive la fête et vive la foire !
Et tourne, manège. Le plus longtemps possible.

Cette photo a remporté le prix de la meilleure image pour le thème « L’attente » au Printemps de la Photo qui a eu lieu à Wittenheim (68) du 22 au 24 mars 2019.

Volutes

Volutes, photo tirant vers l'abstractionQuelque part, ces volutes me rappellent les bandes nuageuses visibles sur Jupiter avec un télescope puissant. Mais celles-ci tirent vers le bleu, contrairement à l’atmosphère jovienne orangée.
Mais revenons sur terre et observons une rivière.
Parfois, le vent léger provoque de grandes agitations à sa surface, au point de former une fraction de seconde une image psychédélique, quasiment invisible à l’oeil nu. Seul l’appareil photo avec une pause très courte peut saisir ces multiples spirales.
A y regarder de près, la rivière qui coulait tranquillement dans un léger bruit de clapotis se transforme en une furie turbulante et tourbillonnante.
Et en prenant à nouveau de la distance, c’est finalement une tempête dans un verre d’eau.

Les chevaux de Neptune

Fortes vagues, comme des chevaux en furie, à la Punta de Teno à Ténérife.
Fort coup de vent sur la Punta de Teno à Ténérife.
L’océan se déchaîne et les vagues forment un étonnant bestiaire. Ici, des chevaux en furie semblent faire la course et se jettent à corps perdu sur la côte.
Un véritable concours de saut d’obstacles pour le grand bonheur des spectateurs.
Voici une image qui m’a rappelé une oeuvre de Walter Crane, peintre anglais, qui en 1892 réalisa une toile qu’il intitula « Les chevaux de Neptune ».
Lorsque, pendant une fraction de seconde les vagues se figent, l’imagination devient galopante.

Cette photo fait partie d’une série qui a été exposée à Soultz au mois de février 2019, voir la série « Autour du phare de la Punta de Teno »

Frisquet

Une feuille morte prise dans le givre en hiverIl fait frisquet. La feuille morte se couvre de givre.
Ses veines se glacent.
Les mains de la photographe se crispent sur le boîtier. L’index a du mal à appuyer sur le déclencheur. Tout va au ralenti.
Mais finalement pas besoin de se dépêcher, la feuille n’ira pas loin, elle est même totalement immobile, et rigide. Ce n’est plus une feuille d’automne, c’est une feuille d’hiver.
Et attention, pas touche ! Il ne faudrait pas qu’elle se casse.

Verticales hivernales

C'est l'hiver, dans la forêt, les arbres sont recouverts de neige.
A défaut d’un hiver rigoureux, en ce 27 décembre 2018, je me replonge dans mes archives photographiques et décide de choisir une image où les flocons de neige ont transformé le paysage.
Ici, la neige voltige, se colle aux troncs d’arbre, et voilà qu’apparait une alternance de lignes blanches et de lignes noires, des barreaux de prison… en plein air.
Pour les arbres, c’est la vie au ralenti, alors que les flocons tourbillonnent joyeusement.
Hiver devrait toujours rimer avec neige…

Douces couleurs orangées

Couleurs d'automne au bord d'un étang du Sundgau dans le sud de l'Alsace
L’automne et sa palette de couleurs douces et chaudes : jaune, orange, rouille, brun.
Ce 13 novembre, j’ai profité du beau temps pour me rendre au bord d’un étang dans le Sundgau, dans le sud de l’Alsace.
Ce jour-là, je n’ai pas été déçue et les lueurs de fin d’après-midi étaient magnifiques.
Pas de vent, température clémente, une journée d’automne idéale. De quoi emmagasiner un peu de chaleur dans le coeur, le corps et l’esprit avant que les grands froids et les lumières grises n’arrivent au galop.
Le prochain gros coup de vent enverra valser toutes les feuilles.
Et je n’aurai plus qu’à attendre l’automne suivant pour découvrir le nuancier de la nouvelle collection automne-hiver.

Vrille automnale

Automne feuille morte qui se vrille et se tortille
L’automne est bien là.
Les feuilles changent de formes tout doucement.
Celle-ci se vrille, s’entortille.
Queue en tire-bouchon.

On pourrait presque croire qu’elle pique.
Dard de scorpion.
Feuille aux nervures énervées.

On pourrait presque croire qu’elle danse.
Quelle grâce.
Feuille aux nervures élancées.

On pourrait presque croire qu’elle fait un signe.
Calligraphie.
Feuille aux nervures esquissées.

Voici donc une ébauche de la saison à venir.

Traits de lumière

Des rayons de soleil passe à travers les nuages dans un ciel menaçant.27 juillet 2018
J’attends avec impatience l’éclipse de lune ce soir-là.
Le ciel est très menaçant et un orage gronde au loin, il se rapproche même dangereusement.
Le début de l’éclipse commence, mais impossible de la voir, elle est cachée par les nuages. La déception pointe déjà le bout de son nez. D’autres spectateurs à côté de moi disent déjà que la soirée est ratée.
Alors que nous scrutons tous le ciel dans la même direction en espérant tout de même voir un petit bout de lune orangé, je me retourne.
Eh bien, la nature nous offrait un beau spectacle et nous lui tournions le dos !
A défaut de voir le début de l’éclipse, du côté opposé, les derniers rayons de soleil lançaient des lueurs incroyables au milieu des nuages menaçant.
« Tournez-vous tous, et regardez derrière ! » Et hop, les spectateurs tournent le dos à la lune invisible pour admirer les derniers rayons de soleil.
Le spectacle n’est pas toujours là où on l’attend…

Plus tard dans la soirée, la lune a tout de même daignée se montrer, quelques courts instants, dans son habit rouge-orangé au moment de la totalité de l’éclipse.

Ce fut donc une belle soirée. Un spectacle 2 en 1.

A défaut d’avoir les yeux derrière la tête, ça vaut parfois le coup de se tordre un peu le cou.

A bout de bras

Une silhouette semble tenir à bout de bras un énorme rocher. Une image faisant penser au mythe de Sisyphe.
A bout de bras, la frêle silhouette semble pousser cet énorme rocher avec une force inouïe. A moins qu’elle ne le retienne pour ne pas être écrasée ?

Une image finalement très symbolique, teintée de mythologie grecque et qui fait penser au mythe de Sisyphe. Le fils d’Eole, ayant trahi les Dieux, est condamné par Zeus à pousser un rocher au sommet d’une montagne, lequel arrivant au sommet, retombe à chaque fois.

Eternel recommencement.

On sent une certaine persévérance chez cet homme, les forces ne l’abandonnent pas.

Recommencer… Recommencer… Recommencer… Recommencer…

Persévérer… Persévérer… Persévérer… Persévérer…

Au bord de l’étang

Herbes et leur reflet dans l'eau calme d'un étang
A chaque fois que je regarde cette photo, je pense aux tableaux des impressionnistes. Peut-être ai-je été inspirée inconsciemment par les peintures de Claude Monet ?

Les herbes, telles des coups de pinceaux, s’élancent vers le ciel.
Les reflets complètent le tableau grâce au calme plat de l’eau.

Des nuances de bleus, des nuances de vert, dans une ambiance calme et sereine.
Et pourtant… l’étang sort ses griffes.