Archives de catégorie : Nature

Bulle urbaine

Un bâtiment du centre-ville de Heidelberg (Allemagne) se reflète dans une bulle de savon.se rPromenade dans les rues de la belle ville de Heidelberg en Allemagne.
Je remercie les jeunes qui faisaient des bulles de savon dans une ruelle du centre-ville.
Ça m’a permis de découvrir Heidelberg d’une autre manière !
Tout à coup, les bâtiments étaient… sens dessus dessous !
Les bulles offraient, à qui voulait bien observer les reflets, une ville un peu chamboulée, à la manière des tableaux de M. C. Escher.
Vite, quelques photos pour immortaliser cette cité volante et éphémère.
Un dernier éclat de soleil, comme une petite étincelle, et pfiou, sans bruit, la ville-bulle disparaît.
Ne reste plus que la ville, bien réelle, ses rues et ses bâtiments beaucoup moins légers.

Sérénité

Silhouette d'un homme au coucher du soleilDernières lueurs du jour.
Cet homme était venu sur la falaise pour admirer le coucher du soleil sur la mer.
Mais le soleil a disparu derrière une petite bande nuageuse avant de plonger derrière l’horizon.

Le spectacle n’était pas tout à fait celui attendu, mais les magnifiques nuances colorées qui ont teinté le ciel et les nuages valaient le déplacement.

En prendre plein les yeux, en respirant l’air marin.

Instant serein.

Concentrez-vous sur l’image et mettez-vous à place de la silhouette.
Peut-être entendrez-vous même les cris des goélands.

Tutu de printemps

Sylvie a revêtu son tutu de printemps.
Si je la nomme Sylvie, c’est bien parce que c’est son nom : une anémone Sylvie, aussi appelée anémone des bois.
C’est la pleine période de floraison. De magnifiques tapis blancs recouvrent certaines parties de la forêt. Et les coups de vents font frémir les petites anémones.
De temps en temps, le soleil donne un coup de projecteur sur les petites danseuses.
Voici le ballet des multiples Sylvie.

« Bonjour, moi c’est Sylvie, et toi ? »
« Moi, c’est Sylvie aussi »
« Et nous aussi, nous nous appelons Sylvie ! » répondent en chœur toutes les fleurs en tutu.
Un léger bruissement d’étonnement parcourt la forêt.

J’en profite pour faire quelques portraits.
Et je fais bien attention où je mets les pieds.
Surtout ne pas en abîmer…
Un pas par-ci, un pas par-là…
Un pas de côté, un petit saut…
Finalement, dans l’histoire, j’ai l’impression que moi aussi je danse…

Bouquet final

Ce n’est pas le moment d’éternuer.
Ce n’est pas non plus le moment pour un mauvais coup de vent.
Le moindre souffle et c’est toute la structure qui se désagrège, l’harmonie visuelle qui en pâtit.

Mais tout de même, un jour ou l’autre, ou d’une minute à l’autre, les délicates petites aigrettes prendront leur envol, si légères. Poids plume.

En attendant ce moment, le pissenlit offre au regard un bouquet final, aidé par la photographe qui multiplie les prises de vue.

Retrouvez cette photographie ainsi que d’autres tirages d’art à La Chouette Galerie à Strasbourg du 4 au 27 mars 2022 → exposition « Poésie végétale »

Le spectacle

Rayons de soleil matinaux éclairant un chemin de campagneLes premiers rayons matinaux.
Le soleil de septembre offre une belle ambiance orangée.
Un chemin de campagne sous les feux des projecteurs.
Mais où sont les acteurs ? Où sont les spectateurs ?
La nature donne un beau spectacle, et personne n’est là pour applaudir ?
A moins que ça soit un simple essai lumière…
Une belle scène se prépare.
Tout le monde est prêt dans les coulisses…

Mais il faudra se dépêcher, le moment est fugace.
J’en profite pour prendre une image.
Personnage ou pas, finalement, la scène est très belle ainsi.
Et j’applaudis.

Tourmente

Arbre flou en début de nuitCette année 2021 se termine un peu comme elle a commencé. Coronavirus oblige…
Cette image au flou de bougé évoque les différents épisodes qui se sont succédé, mêlant incertitudes et projets chancelants.
Un arbre dans la tourmente sur fond bleu nuit.
Des branches secouées par des vents contraires.

Mais l’arbre tient bon.
Bientôt sa silhouette redeviendra nette, se détachant sur un fond bleu ciel.

Arbracadabra

Superposition de deux images d'un seul arbreLe même arbre, tête en l’air et tête en bas.
Un arbre qui déploie ses branches dans toutes les directions, en partant d’un nœud central.
Un arbre qui ne prend plus racine…
Lévitation.

Pour ceux qui se demanderaient comment j’ai fait : pas de Photoshop, mais simplement l’option surimpression sur le boitier, directement au moment de la prise de vue. Et c’est là que j’ai remarqué qu’il était compliqué de tenir l’appareil photo à l’envers.
Mais le résultat est là : ARBRACADABRA.